navigation

EN HOMMAGE A YVES-LOUIS PINAUD (disparition d’un Seigneur) 28 mai, 2008

Posté par P7R dans : Histoire , trackback

ylpinaud.jpgdsc01895.jpgdsc01887.jpgdsc01889.jpgdsc01891.jpg

De haut en bas :

- une des dernières photos de Yves Louis, le vieux pirate a encore de l’allure.

- Couverture de son livre, 500000 exemplaires un succès sans précèdent.

- Yves-Louis a pratiqué pendant de nombreuses années, ici en 505, sur son cher lac de Maubuisson.

- Ce jour là cela ne voulait pas rigoler.

- Avec ce corps d’athlète YLP nous faisait rêver.

 

 

Le même jour où disparaissait un Seigneur de la pellicule, Sydney Pollack, j’apprenais la disparition à l’age de 81 ans d’une crise cardiaque d’ Yves-Louis Pinaud qui a été le Maître Yoda par l’esprit et l’Arnold Schwarzenneger par le corps de plusieurs générations de régatiers et de « voileux ». Il aimait la Voile dont il a été un grand serviteur, il aimait les Femmes qui le lui rendaient bien, il aimait les voitures de sport (les Alfa-Roméo et les Alpine) il aimait le Jazz (pianiste amateur émérite jouant des boeufs avec des pros sans complexe) il aimait la Vie.

Il aimait la Vie , mais il a vécu plusieurs vies, avec à chaque fois à fond l’aiguille du compte-tours dans la boîte à gants, militaire, puis sportif de haut niveau (sélectionné olympique aux Jeux de Naples en 1960) Directeur Technique National de la Voile (Jeux de Tokyo 1964 et Jeux de Mexico 1968) Technicien de haut-vol touche à tout (conseiller de la première campagne de la Coupe América du Baron Bich, et de Marie-Claude Fauroux, une des premières femmes à avoir participé à la Transat) auteur et journaliste (son livre « Pratique de la Voile » est toujours une référence et a été tirée à 500000 exemplaires) pianiste de jazz. Mais c’est surtout des milliers d’anecdotes, hautes en couleurs, qu’il faudrait narrer pour raconter Yves-Louis et je ne peux bien sûr en hommage à notre Maître Yoda qui avait le corps de celui qui devenu Gouverneur de Californie,  m’empêcher de vous raconter ces histoires qui ne pouvaient se dérouler qu’au siècle dernier.

En ce temps là aller de Paris à Kiel au nord de l’Allemagne pour la fameuse « Kieler Woche » était vraiment une expédition et les Fançais aprés avoir traversé le Nord de la France et la Belgique  découvraient les autoroutes germaniques où la vitesse était libre…sauf pour les attelages !!! (voiture+remorque limitation 110). Cela ne nous empêchait pas de tenir un bon 130-140 sauf que les conducteurs allemands sont respectueux et avaient tendance à prévenir la Polizei de nos excès ou alors bouchonnaient sur l’autoroute pour nous empêcher de doubler. Ce jour là au volant de son Alfa-Roméo remorquant son Finn, Maître Yves Louis trépignait n’arrivant pas à doubler, maudissant le brave conducteur qui le bouchonnait quand soudain se présente une aire de repos, un coup de 4ème, le moteur qui rugit à 6000 tours, l’Alfa passe à fond au milieu du parking pour ressortir juste devant  « l’ennemi » comme une Formule 1 gagnant une place à la sortie des stands. YLP faisait partie de la génération qui avait connu la guerre et pour lui il était  inconcevable d’être stoppé dans son élan par un « Spountz ».

Un soir à Paris, à la sortie du Salon Nautique quand ce dernier se tenait au Palais du C.N.I.T à la Défense, un groupe de régatiers se regroupent pour aller diner tous ensemble dans un restaurant perdu au fin fond de l’Ile de la Jatte ; je cite de mémoire quelques participants de cette soirée mémorable : Alain Gliksman, Philippe Soria, Daniel Nottet (l’ami Daniel de mes récits) Alain Draeger, Henri Samuel, plus d’autres que je dois oublier ; la soirée s’avance, je songe déjà à aller me coucher quand YLP se lève pour se rendre sans doute aux toilettes. Que nenni, notre Prince Pirate a trouvé un piano au fond de la salle et à partir de ce moment la nuit est devenue magique et fauve, je découvrais que le bougre était un sacré bon pianiste de jazz tellement bon que le patron a renonçé à annoncer une heure de fermeture.

Mexico, quelques mois avant les Jeux, une délégation française est sur place pour visiter le site d’Acapulco où vont se dérouler les Jeux pour la Voile, délégation dirigée par le Président de la Fédération, un personnage fort prétentieux et fier de l’être. Au dîner devant témoins dont le Colonel Crespin représentant du Ministre des Sports c’est le clash sous forme d’une intervention de YLP : « Monsieur le Président en dehors du respect que je dois à votre titre…vous êtes un c.n!!! » C’est ainsi qu’il quitta sa fonction de Directeur Technique de la Voile.

Quelques années plus tard, dans mon bureau de l’avenue Kléber, siège de la Fédération Française de Voile, où j’officie en tant que Directeur Général,  irruption de YLP qui a décrété que je suis expert ès berlinette (Jaune Vanille est dans ma vie depuis quelques années) et qui m’embarque pour une après-midi buissonnière afin d’ aller visiter une 1600S blanc gardénia de 1972 en vente chez un concessionnaire Porsche du XVIème. Parlant un peu boulot et lui ayant fait part de mes démélés avec le Président, égal à lui même : » Tu lui dis respectueusement qu’il est un c.n! Ou si tu attends c’est lui qui te virera ». Trop poli je n’ai pas suivi son conseil, et quelque temps plus tard j’ai été viré. 

Régate de 505 sur le lac de Maubuisson,  au sud de Bordeaux. YLP et son équipier ont fait toute la course en tête et en vue de la ligne d’arrivée tombe dans un trou d’air, se faisant coiffer sur le fil par un voilier profitant d’une petite risée adonnante. De rage, car en plus il s’agissait d’un « chabert » (dans le langage imagé de ‘ YLP, un mauvais) il tape du poing et enfonçe le caisson y emprisonnant son bras jusqu’au coude.

Ainsi était Yves Louis Pinaud, raleur, charmeur, magicien et avant tout amoureux de la vie.

 

Commentaires»

  1. Désolé d’avoir appris le décès d’Yves-Louis Pinaud , comme tous ceux qu ont connu le CVBordeaux du temps du Président Richard Roullet, un grand Président de ce qui était alors un grand club, attirant des régatiers de classe, en en formant d’autres: encore une silhouette qui déserte …Bon vent, Yves-Louis : là-haut les risées sont moins tordues qu’à Coben, et les caissons des Finn résistent aux coups de pieds rageurs…Même Saint-Pierre n’a pas d’aussi belles bacchantes.Au fait:transmets un petit bonjour à « Pepe », à l’occasion du premier « boeuf » que vous ferez,pour le plaisir des anges et des élus !
    Salut mon cher Cipango et ravi de voir que tu as dû comme moi fréquenter le monde de la régate dans les années 60-70. Une époque incroyable et quand je retourne à Hourtin la nostalgie agit toujours. Amitiés de P7R.

  2. Etant un voisin de Yves durant plus de 15 ans (à Annecy-le-Vieux, Parc de Provins, sa dernière demeure) j’ai une pensée toute particulière pour Cathy sa femme avec qui il a vécu un amour fusionnel. Bon vent Yves et courage Cathy.
    Bertrand, ravi de retrouver ici un ami et un admirateur d’Yves Louis. Putaiing il nous manque le bougre. Enfin aux JO de Pékin il a dû se régaler de voir notre Guillaume Florent remporter une médaille de bronze en Finn, son bateau fétiche. Une bien belle dernière régate pour assurer cette médaille. So Long YL!

  3. Ayant, cet été, appris le départ de Marcel BUFFET je ne pouvais m’empêcher de me remémorer tous ces instants formidables passés au CVB dans les années 60 . Je me demandais ce qu’était devenu Yves-Louis PINAUD, que j’avais connu là-bas puis souvent revu à Cannes. Lors d’une régate amicale à Maubuisson , j’étais équipier sur un 505 tout neuf sortant de chez Lannaverre; j’avais eu l’honneur d’un commentaire de YLP qui devait concerner ma barreuse, Michèle.L après l’arrivée d’ une manche que nos avions gagnée ce jour là devant le futur D.T.N.
     » Putaing ! elle pédale la gonzesse … »

    Je viens seulement d’apprendre sont départ en cherchant sur le Web. Il va pouvoir continuer à régater contre Marcel sur un immense plan d’eau.

    On va encore me traiter de nostalgique et de rétrograde mais je regrette souvent cette belle époque .
    Bienvenue Jean-Louis et ne t’en fais pas mais question nostalgie tu n’es pas le seul surtout ici sur le Blog de JV. Le souvenir de Yves Louis et Marcel nous relie à l’age d’or de la régate, une époque fabuleuse…celle de nos 20 ans. Amitiés.

  4. Grâce à un jeune membre de ma famille plus « webeur » que moi (et ce n’est pas difficile), j’ai pu prendre connaissance de cet hommage à Yves-Louis. Il m’a beaucoup touchée.Qui en est l’auteur? Merci à lui.
    Et qui est Bertrand, notre voisin?
    Catherine, c’est fort émouvant de vous retrouver sur mon blog et je vous réponds par ailleurs sur votre email. Bien cordialement

  5. Je cherche désespérement à retrouver le poster du 420 dont une photo est publiée dans ce livre mais avec une trop mauvaise définition pour en faire un poster; idem pour le 505.
    Ce bouquin est génial
    Beaucoup beaucoup de retard à répondre mais je n’avais plus accés au Blog !!! Et je ne sais comment vous conseiller pour trouver une meilleure définition des photos de 420 et 505 du livre (génial effectivement) d’Yves Louis Pinaud. Bon courage.

  6. CDB e a LFT (título indexado à taxa SELIC)
    também podem ѕеr alternativas melhor ԛue a poupançа. http://sindicatodechoferespichincha.com.ec/index.php/component/k2/itemlist/user/594660

Laisser un commentaire

SsangYong (쌍용 자동차) Cha... |
sgva |
Restauration MG Midget 1500... |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | VLDC Racing
| "The Race Racing Team"
| BLOG DEDIER A NOTRE AMI