navigation

MON MAI 68 …EN R8 GORDINI (la plage oui… mais sans les pavés)) 6 mai, 2008

Posté par P7R dans : Histoire , 276 commentaires

r8gordinibailly0106b.jpgdsc01730.jpg

La R8 Gordini 1300 surprise ici à Gazo et identique à la mienne de 1968.

Ce rare attelage BMW R69S avec panier Précision coque Bufflier a été fabriqué en …1968.

Si les Grands Prêtres de ML ont cru qu’il fallait commémorer l’année 1975 en excommuniant toute voiture de qualité produite après, ils se sont trompés lourdement et même péché contre l’esprit car s’ils avaient pour le moins retenu pour départ de la date fatidique d’exclusion 1968 ils auraient au moins eu une excuse historique en cette période où il est de bon ton dans tous les médias de célébrer le 40ème anniversaire du joli Mai de 1968(voir autre article : »nous n’irons plus à ML »). Alors moi aussi je vais vous parler de mon mai 1968 qui n’a rien eu de particulièrement glorieux car j’ai le sentiment trés honteux d’être passé à coté de la Grande Histoire et d’avoir vécu cette période sans même me rendre compte qu’il était censé s’y passer de grandes choses tout accaparé que j’étais à résoudre mes petits problèmes existentiels et très égoïstes.

Jaune Vanille n’existait pas encore et la production de la société Alpine présentait la gamme suivante, uniquement des A110, la fameuse berlinette Tour de France.

C’est la dernière année de production de la A110 100 avec le moteur de la R8Gordini 1108cm3 développant 95CV SAE et atteignant les 200 km/h le tout au prix de 23292F.

Mais surtout les deux fleurons de la berlinette la 1300G et la 1300S motorisées par le moteur R8 Gordini 1300, 105CV SAE et 120 CV SAE, 215 et 210 km/h pour respectivement 23950 F et 27200F.

L’usine sort cette année là la 1600S groupe IV avec moteur base R16TS de 1596cm3 et développant…172 CV SAE qui va être l’arme absolue  pour les 5 années à venir d’autant que Renault a confié la totalité du budget compétition à Jean Rédélé qui travaille étroitement avec Amédée Gordini et Marc Mignotet. Toutefois cette version n’est pas encore disponible pour la clientèle.

Au Monte-Carlo les 5 Alpine tiennent tête aux Porsche mais  Larousse qui était en tête devant Elford sur Porsche 911 sort de la route dans le Turini sur une plaque de neige qui devait plus à des spectateurs inconscients qu’à la nature, et c’est encore une fois Vinatier et Jacob qui assurent une 7ème place avec une simple Gr.III (1er de la classe). Gérard Larousse équipé par Marcel (Kébir) Callewaert prend magnifiquement sa revanche dans Neige et Glace et à la suite Jean-Claude Andruet équipé par un certain Jean Todt enfonce le clou Alpine dans Lyon-Charbonnières. Et ce sont les événements de Mai  qui vont amener le report de beaucoup de rallyes en fin de saison comme la Ronde Cévenole et surtout la 29ème Coupe des Alpes qui vaudra à Alpine une de ses plus belles victoires avec Vinatier-Jacob (il est recommandé de lire le livre de JF Jacob « Coupe des Alpes » qui retraçe parfaitement l’esprit des rallyes de cette époque), la justification de son appellation et…. 40 ans après mon pèlerinage annuel. Et la saison va se terminer en beauté avec la victoire de Jean-Claude Andruet associé à Maurice Gelin au Tour de Corse et celle de l’inusable Vinatier , toujours avec J.F Jacob au Critérium des Cévennes.

Et moi, et moi que faisais-je donc ? Je rêvai certes de berlinette, mais j’avais déjà une R8 Gordini, une « vraie » bleu de France avec bandes blanches et je retiens du mois de mai qu’on pouvait se garer n’importe comment, au milieu des boulevards, sur les trottoirs, sans risque de contraventions et que mes 2 soucis primordiaux en ce mois de Mai ont été de récupérer des jantes Gotti et de stocker assez d’essence pour pouvoir me rendre à la Baule pour des régates, comme quoi je pratiquai déjà l’art de la futilité en recherchant les chemins de traverse à coté de l’autoroute de la Grande Histoire en marche.

J’ai eu donc deux soucis existentiels d’importance à l’échelle de ma petite existence, à savoir récupérer 4 jantes Gotti spécialement commandées pour ma Gorde et naufragées quelque part dans le grand « casino » de Mai et surtout stocker assez d’essence pour pouvoir me rendre aux régates internationales de La Baule et mon slogan détournant un de ceux qui allaient devenir célèbres : « la plage oui…mais sans les pavés« . Quand le magasin de l’avenue de la Grande Armée m’a prévenu que les jantes étaient enfin arrivées, je me suis précipité, j’ai entassé les 4 jantes sur le siège arrière et me suis rendu tout à coté chez un marchand de pneus sis rue Brumel pour faire monter des Dunlop SP Sport en 155×13. Et au moment de chausser la Gorde cata les étriers ne peuvent entrer dans l’intérieur de la jante il manque 1à 2 mm. Seule solution limer ces étriers. Mais c’est déjà l’heure de la fermeture et je me retrouve à la rue où pendant une partie de la soirée, alors que les étudiants se livraient à des joutes « festives » au Quartier Latin tel un Shadock qui pompait, qui pompait etc…j’ai limé, limé, pour pouvoir monter ces putaings de jantes tant désirées…et qui faisaient passer ma R8G du groupe I(tourisme de série) au groupe II (tourisme spécial) mais surtout lui donnaient un look d’enfer.

Avec mon pote Daniel (celui de la Coupe des Alpes 2007) nous avions décidé de nous donner le moyens de nous rendre à la Baule pour participer aux régates internationales de 505 et donc de stocker le maximum d’essence dans la Gorde (2 réservoirs + des jerrycans) et nos utilisions sa Cooper 1300S pour écumer les stations service agrandissant chaque soir notre cercle de recherche allant jusqu’à Dreux pour récupérer le précieux liquide, le paradoxe étant qu’il fallait en consommer de plus en plus pour en stocker de moins en moins.

Mais nous avons réussi à nous rendre sur la plage de la Baule avec la R8G qui en imposait avec ses jantes Gotti et la remorque avec le 505 et en arrivant de découvrir que les dites régates étaient annulées ; mais rien n’étant jamais inutile de faire la connaissance des tous jeunes Yves et Marc Pajot qui allaient 4 années plus tard être médaillés olympiques sur Fying-Dutchman à Kiel et suivre de la plage l’envol des pavés sur le front germano-pratin. On a les Mai 68 qu’on peut, mes bons amis lecteurs !

PS : l’ami Kobe est un redoutable lecteur-correcteur qui a trouvé dans le précédent texte…16 coquilles immédiatement corrigées et je crains qu’il en reste toutefois une ou deux bien planquées au détour du chemin.

 

dsc01732.jpg dsc01725.jpg dsc01726.jpg    C’est bien une BMW 69S puisque c’est marqué dessus ! Il est à remarquer le panier Bufflier avec sa  « queue de canard »  typée de l’aérodynamisme des années 30. 

INVITATION(à ne pas se prendre trop au sérieux) avec date à géométrie variable !!! 3 mai, 2008

Posté par P7R dans : Catégorie Générale , 132 commentaires

dsc00153.jpg

Cela pourrait ressembler à cela…avec beaucoup plus d’ALPINE

DERNIERE , DERNIERE INFO : Pour le picnic de Jaune Vanille consulter désormais directement le sujet logé dans l’en-tête du Blog ou header.

 

Sur une idée de PhL, et afin de nous montrer qu’il y a une vie aprés Maisons Lafitte, son hippodrome, ses Grands Prêtres Imprécateurs, je lançe une invitation véritablement trés informelle pour le dimanche  25 mai à partir de 11 h 00 pour un picnic,barbecue, rosé (frais)  et toutes autres bonnes choses dont il faut savoir abuser avec modération et il en est ainsi des bonnes causses, des bonnes cosses, des bonnes chausses !!!Clin doeil

Le lieu : il se trouve que les hasards de la vie ont fait que j’ai la chance d’avoir un jardin et une allée assez vaste pour garer de 15 à 20 Alpine sans limitation de date de fabrication , la seule limite étant tout de même notre marque adorée, et aussi une limite des places (jusqu’à 20 cela devrait aller sans craindre de manifestations hostiles des voisins).

Les Alpinophiles de l’Ile de France, lecteurs de ce blog et intéressés par cette invitation peuvent me le faire savoir, soit en postant un commentaire à cet article, soit en en me contactant sur patrick.seitert@wanadoo.fr. Et comme le dimanche précédent on se verra à Gazo, il sera possible entre présents de finaliser cette rencontre.

Merci à PhL, celui qui pense plus vite que…sa 1600S.

PS : l’ami Antoine (Tatane73) qui présente quelques qualités comme celle de posséder une A310 VE (et donc avec carbus) toujours dans la même famille depuis 1972, et d’être un fan d’Errol Garner, me souligne la nécessité de rebaptiser Maisons Lafitte avec ce nouveau nom Maisons Laf…fuite. Ce garçon mériterait d’être des nôtres !!!

ATTENTION changement de DATE : l’excellent Tilly me fait remarquer que la date choisie tombe mal car en concurrence avec la Fête des Mères ! Mais bon sang c’est bien sûr ! Mais difficile pour moi de reculer car début juin je me prépare à aller jouer dans la Coupe des Alpes et aprés ce sont les grandes vacances. J’ai alors imaginé que l’invitation pourrait être avançée de 8 jours, c’est à dire le dimanche 18 mai et me direz vous mais c’est le jour de Gazo. Justement on se retrouve tous à Gazo et vers midi on s’organise en convoi et je suis certain que le passage d’une caravane  d’Alpine va entraîner les hourrahs des populations en délire des différentes localités traversées avant d’arriver chez moi pour interloquer quelque peu le voisinage et provoquer un embouteillage historique et provisoire dans l’impasse qui permet d’acéder à l’antre de Jaune Vanille.

ATTENTION nouveau changement de DATE : Heureusement que dans le titre il était question d’une Invitation…à ne pas se prendre au sérieux car si le mois de mai a bien 4 dimanches et 31 jours entre la Fête des Mères, les communions, les ponts, les commémorations (40ème de Mai 1968)  les anniversaires (1er anniversaire d’un de mes chats nommés…Sarko !!!) voilà que Mumu me décoche le coup fatal car le 18 c’est le jour de SA BROCANTE. Alors je propose le 1er dimanche de juin et cela tombe bien puisque c’est aussi le 1er jour du mois. Aprés cela n’est plus possible car JV sera en pleine préparation pour la route de la Coupe des Alpes. On me répond comme d’habitude, cici suur le blog par la rubrique « commentaires », sur mon email patrick.seitert@wanadoo.fr ou sur le FAR. Et comme disait Lucien Jeunesse  (avec un tel patronyme quelle idée de décéder) : « à demain si vous le voulez bien » pour connaitre la suite du feuilleton.

ATTENTION DATE DEFINITIVE : aprés concertation entre PhL et P7R réunis avec eux mêmes sinon physiquement, du moins par la pensée et à l’unanimité il a été décidé de retenir la date du dimanche 1er juin pour le picnic de JV, partant du principe qu’il suffit de 2 Alpine pour faire une manifestation et que s’il n’en reste que 2 nous serons ces 2 là   et nous pourrons toujours avoir une digne attitude telleles Grands Prêtes de ML en affirmant  doctement « réservé aux autos d’avant 1975″ CQFD. En conséquence vous êtes tous les bienvenus et merci de me le faire savoir.

photo059.jpg       photo0661.jpg          photo068.jpg       Les lieux du picnic, normalement en mai il ne devrait pas y avoir de neige !

RETROPEDAL(pine)AGE (à différentiel spatio-temporel intégré) 2 mai, 2008

Posté par P7R dans : Récits , 3 commentaires

jvdanslecolza.jpg

Jaune Vanille surprise dans un champ de colza

 

dsc01666.jpg

Un rare (il en reste 3 sur 8 produits) Coupé DS19 par Chapron.

Je me soigne par le vélo car je ne peux plus courir, la marche me fatigue rapidement les articulations des genoux, tout cela pour dire que la fameuse phrase du Général « la vieillesse est un naufrage » sera toujours d’actualité, alors naufrageons, naufrageons, mais en attendant donc le vélo à qui je trouve de nombreuses vertus et un seul défaut (le fameux maloku). Quand je pédale, je me fous du monde entier, du prix du baril de pétrole, des ayatollahs qui pondent leurs interdictions et cela dans tous les domaines (voir le scandale de Maisons Lafitte) et toutes choses égales par ailleurs c’est comme lorsque je suis au volant de ma « Jaune Vanille » (sauf pour le prix du pétrole) je me sens libre et je suis bien le seul Maître à bord, la preuve la plus évidente c’est que c’est moi qui décide du bon rapport à utiliser devant l’adversité et la pente, et le choix est encore plus vaste avec le vélo (18 rapports) qu’avec la berlinette (5…seulement). J’ai aussi le plaisir intellectuel de pouvoir vérifier dans les 2 cas la bonne marche à travers la consultation des différents cadrans. Et finalement le vélo est presqu’aussi complet dans ce domaine que la berlinette avec des analogies frappantes, tachymètres donnant vitesse,kilométrage, journalier (et même en plus moyenne pour le vélo) et surtout le compte-tours dont l’équivalent vélocipédique est le fréquenciomètre.

Suite à l’évènement hospitalier survenu l’année dernière au retour de la Coupe des Alpes, j’ai découvert cet instrument génial de contrôle qui donne le pouls, les calories consommées, l’alarme sonore en cas de surrégime…et même l’heure. Dans mon cas j’ai réglé la limite du régime maxi à 153 pouls/minute, ce qui par parenthèses permet au lecteur curieux et quelque peu féru en calcul mental de déduire l’âge du Capitaine en partant de la règle 220 moins l’âge. Et comme pour « Jaune vanille » je me ménage et je ne pousse pas dans les tours, ne dépassant pas 120 dans les montées, il reste donc de la marge. Ma seule angoisse avec ce fréquenciomètre m’est venue l’automne dernier au volant de ma A610, quand l’alarme s’est déclenchée le coeur battant la chamade à 220 !!! arrêt rapide sur le bas coté, l’angoisse qui vous vrille le corps, est- ce la fin ? Par curiosité je prends le pouls de manière classique , surprise il est à 55 !! Explication simple il y avait une interférence entre l’électronique(ta mère) de la voiture et mon fréquenciomètre. Bonjour l’angoisse ! Mais comme sur mon vélo il n’y a pas  d’électronique il n’y a plus qu’à appuyer sur les pédales, et le plus beau c’est que cela marche, pardon cela roule.

C’est fou comme au rythme du vélo on peut voir, sentir, rencontrer…toujours un peu comme avec ma berlinette. Avec ce moyen de transport « je sévis » donc souvent le long des plages du débarquement, et quand je souffre, je pense immédiatement à tous ceux qui ont vécu le 6 juin et qui auraient certainement selon la formule shakespearienne « My kingdom for a horse » préféré y être à vélo mais à une autre époque…tout comme moi. Depuis l’anniversaire du cinquantenaire du Débarquement toute la région normande de Pegasus bridge à Sainte Mère l’Eglise a été balisée de circuits, de stèles, de panneaux d’informations, de musées et de vestiges soit restaurées comme les tanks qui fleurissent sur la place de chaque village soit laissés en l’état comme les extraordinaires mulberries devant Arromanches. C’est d’ailleurs ainsi que j’ai retrouvé trace de mes 2 vieux copains Closterman et Murphy. Devant l’église du village de Bazenville (il n’y a pas de coquille inutile de rajouter un i) je me recueille toujours devant la stèle commémorant l’atterrissage un peu mouvementé dans les premiers jours de juin sur un terrain de fortune du Tempest du copain Pierre Closterman. Et à propos d’atterrissage mouvementé j’ai découvert cette fois ci trace de Murphy, mais en ne sachant pas si c’est bien THE Murphy, le créateur de la loi de l’emmerdement maximum. En tout cas donc un sergent Murphy de la Royal Air Force à bord de son Spitfire est atteint par la DCA américaine (l’artilleur devait être un descendant de l’un des insurgeants de  Boston qui ne portait pas le british dans son coeur) et il arrive tant bien que mal à se poser en catastrophe au milieu d’un champ…de mines ; et oui il y a des jours comme cela…. en tout cas belle illustration de la loi de Murphy. Mais je rassure tout de suite les âmes sensibles, grâce à la loi des vases communicants, l’armée américaine qui avait péché par la faute d’un artilleur quelque peu myope s’est rattrapé en envoyant un GI présentant la double qualité d’être de couleur par la naissance et démineur par formation,  au secours du dit Murphy.

Vive donc le vélo qui permet ainsi des rencontres de tous les types, comme celle là aussi qui illustre que le hasard lié à ma tendance à la zizagomètrie peut provoquer. Dans un premier temps je roule dans la voiture familiale accompagnant ma petite famille qui se rend à une brocante, vélo dans le coffre pour retour une fois mes proches abandonnés  à leur recherche de l’objet rare et inutile. Sur la route nous suivons une voiture ancienne exceptionnelle (seulement 8 produites) un Coupé DS19 Chapron bicolore. Puis nos routes divergent, je quitte les miens, je prends mon vélo pour zizaguer au hasard qui fait bien les choses car à Luc sur mer sur la place du village je tombe à nouveau sur cette belle auto garée. Arrêt obligatoire, présentation entre passionnés, discussion, photos, madame revient du marché, on se sépare…et la DS refuse de démarrer. Madame furieuse claque la porte et rentre à pied (ils habitent à coté). Le propriétaire vexé et fort marri insiste sur le démarreur et je lui propose alors mes services. Que le moteur est beau à voir, re-séance de photos, j’apprécie le bouton de démarreur prés de la batterie, la pompe à essence avec son poussoir pour amorçer. Et c’est par ce poussoir que je diagnostique…un manque d’arrivée d’essence, mais le propriétaire m’assure qu’il y a le plein. Il ne fait certes pas très chaud mais je pense à un vapor-lock. Je débranche la durite d’arrivée d’essence au carbu, je souffle vigoureusement dedans, je rebranche, un coup de démarreur …et joie, extase, applaudissements des badauds le moteur démarre au quart de tour. Le propriétaire est aux anges, il m’aurait embrassé le brave homme.

Mais il me faut pédaler encore chaque coup de pédale nous fait avancer certes mais en nous rapprochant de la fin, ce qui soulage en pensant à la fin du fameux maloku, mais qui est quand même frustrant car on aimerait que plus on pédale et plus il y ait encore de coups de pédales  donner. Il reste à inventer la machine à rétropédalage avec différentiel spatio-temporel, machine qui permettrait la double fonction d’avancer dans l’espace tout en reculant dans le temps.

Bon je vous quitte car il y a du boulot pour la mettre au point cette fameuse machine.

dsc01673.jpg  dsc01665.jpg dsc01669.jpg de g à dr : un moteur dans un état de propreté remarquable, le coupé saisi au vol dans un rond-point, le tableau de bord avec la tige courbée agissant sur le démarreur et la BdV.

 

 

 

 

 

1234

SsangYong (쌍용 자동차) Cha... |
sgva |
Restauration MG Midget 1500... |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | VLDC Racing
| "The Race Racing Team"
| BLOG DEDIER A NOTRE AMI