navigation

SONATE AUTOMNALE 30 octobre, 2009

Posté par P7R dans : Catégorie Générale,Récits , ajouter un commentaire

dsc05111.jpg

Petite route sillonnant à travers la forêt par un bel automne indien.

Dans cet automne indien qui n’en finit pas et sur une suggestion de Olfrjf, estimable Farnaute et lyonnais (ces 2 qualités n’étant pas incompatibles, même si dans la litanie des jurons de l’horrible Bérurier le terme « espèce de lyonnais » apparaissait au sommet de la hiérarchie des injures à éructer envers autrui) , donc Olfrjf sur le FAR (Forum Alpine Renault) (www.alpinerenault.com) narrait un tour du Grand Lyon avec son Alpine avec pour philosophie « le bonheur est dans la berlinette ». Donc ne voulant être en reste, et devant me rendre du territoire viroflaysien en terres visigondines pour visiter le renommé Marc, grand redresseur des corps meutris par l’âge et la pratique dissolue de quelques sports barbares. trajet fait habituellement à moto, la petite graine ensemencée par le récit du dit Olfrjf m’a amené à sortir Jaune Vanille de son antre et de faire avec la sus-nommée un petit galop automnal et fort roboratif.

dsc05089.jpg

Pour sortir la berlinette un peu de poids et haltères histoire de s’échauffer.

Sus-nommée ai-je écrit ? empruntant ainsi malgré moi au langage des forces de l’ordre, j’ai justement noté que lors de ce périple très zizagométrique dans le seul but d’éviter les grands axes, le traffic, les radars, et autres ennuis de la circulation habituelle parmi les engins fapisés, périple dont la distance a triplé par rapport à la distance habituelle, j’ai donc noté ou plutôt rencontré 43 gendarmes…couchés sur 42 kms…et aucun représentant de l’ordre. Cela nous fait tout de même une moyenne d’ un gendarme par kilomètre et me confirme dans cette idée que dans notre doux pays il y a plus de gendarmes au repos qu’en activités (je sens déjà l’ire de mes copains  de cet estimable corps comme Daniel, Gaazasso ou Sardine). Et surtout un gendarme nettement agressif  a quelque peu malmené le sourire monalisesque de « Jaune Vanille » entrainant au retour une petite séance de chirurgie esthétique.

dsc05118.jpg

Par la faute d’un gendarme agressif, petite séance esthétique au retour.

Sortir la voiture de son antre représente déjà une petite séance d’échauffement car il faut évacuer les nombreux autres véhicules qui encombrent ma vie, faire les vérifications usuelles comme la vérifications de TOUS les niveaux et la pression des pneus avant de jouir de la procèdure de mise en route selon un rituel né d’une longue pratique de 35 ans de vie en commun avec ma légende préférrée et je résume : s’installer confortablement dans le siège-baquet, allumer sa pipe, mettre le contact sans la pompe (Moildard) à essence électrique, donner 2 coups de démarreur d’une durée de 3 secondes (ceci afin de dégommer le moteur et amorcer la pompe à huile, éventuellement de chauffer les bougies par quelques étincelles), mettre la pompe (marque Hardy) en route et la laisser gaver les 2 gros carbus Weber, enfoncer 4 fois la pédale d’accélérateur (un coup par cylindre) touner la clé pour actionner le démarreur…et miracle renouvellé le 1600 s’ébroue à cette première sollicitation, l’aiguille du mano d’huile bondissant à 5 bars.

dsc05093.jpg

Après la procèdure de départ il ne reste plus qu’à prendre la route.

J’ai toujours pensé que le secret de la longévité du moteur de ma 1600SC résidait en grande partie dans le respect de cette procédure et dans le fait de ne pas solliciter l’engin (pas plus de 3000 tours/minute) tant qu’il n’avait pas atteint la bonne climatisation (eau à 80° et huile à 70°) et à défaut de démonstration technico-mathématique, les 150000 kms atteints sans gros soucis attestent pour le moins du bien-fondé de cette philosophie inculquée par un Premier Maitre Mécanicien de la Royale honorable arme où j’ai pratiqué mon service à une époque où cette pratique tombée en désuétude avait pour le moins la vertu d’assurer une certaine cohésion sociale et incidemment de m’inculquer quelques saines notions de mécanique alors que mon éducation bourgeoise devait me condamner à des activités uniquement  intellectuelles. Mais je m’égare comme d’habitude dans des chemins de travers, pas tant que cela car si le « bonheur est dans la berlinette » le bonheur avec cette dernière est dans la recherche de ces chemins de travers dans lesquels son muffle à ras du sol tel un chien renifleur de truffes quête la trajectoire jubilatoire et sinusoidale garante d’une auto …en travers permanent.dsc05095.jpg

Une ligne intemporelle dont on ne saurait de lasser.

En reprenant la route après ma séance de remise d’équerre, je me disai in petto qu’il est décidément épatant d’aller voir son osthéopate en A110 car le corps remis en état d’activités et l’esprit régénéré par quelques contrepètreies dont l’homme de l’art est adepte (dans le style de laisser à sa patiente le  choix dans la date) m’ont suscité le désir irrépressible  d’attaquer au sens sportif du terme le retour vers le bercail en me disant que ce jour d’avril 1974 où j’avais signé le bon de commande avait sans doute été l’un des plus beaux jours de ma vie. On a ainsi les bonheurs qu’on peut , l’important à défaut de la rose étant d’en avoir la substantielle et intime conviction. C’était ainsi une journée ordinaire dans la vie de P7R et de Jaune Vanille.

dsc05091.jpg

Retour au chaud entre ses 2 copines, JV attend sa housse de protection qui ne sera mise qu’une fois évacuées les calories.

 

 

SsangYong (쌍용 자동차) Cha... |
sgva |
Restauration MG Midget 1500... |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | VLDC Racing
| "The Race Racing Team"
| BLOG DEDIER A NOTRE AMI